Pise, la cour des miracles

Publié le 31 Mars 2014

Une arrivée mémorable en Toscane

 

21h38, arrivée en gare de Pise. Après plus de cinq heures de train, j’en ai plein les pattes et ne rêve que d’aller me coucher. Ça tombe bien, j’ai réservé une chambre dans l’auberge de jeunesse la plus proche, à une centaine de mètres de la gare. Dans dix minutes, je suis au lit.

Sauf qu’arrivé à l’adresse indiquée, impossible de trouver l’auberge ! J’ai beau faire trois fois le tour du quartier, aucune trace de la Central Station Guest House. Je suis pourtant sûr d’être au bon endroit : Via Gramsci, numéro 19. Je suis pas fou, quand même, c’est bien ici. J’arrive à me faufiler dans le bâtiment et grimpe les étages un à un. Rien…

En ressortant, je jette à nouveau un œil aux sonnettes, pour être sûr de ne pas l’avoir ratée. C’est là que je vois la petite inscription juste à coté, marquée au stylo bille à même le mur : « pour la Guest House, s’adresser au kebab à gauche. » T’es sérieux ? Je pose la question au patron qui semble vaguement au courant. Je crois comprendre qu’il va appeler l’auberge pour savoir ce qu’il en est. Sauf que personne ne décroche ce putain de téléphone.

Les minutes passent et j’ai maintenant eu le temps de regarder presque toute la deuxième mi-temps de Napoli-Juve sur la télé du resto. Alors que je suis sur le point de demander au mec s’il n’y a pas moyen que je passe la nuit sur son canapé, il me tend son téléphone : « Allô, oui, vous avez réservé une chambre, c’est ça ? Ok, mais on a des problèmes d’eau ici, du coup on reçoit les gens dans un autre établissement. » Mais tu pouvais pas changer l’adresse sur ton site internet, couillon ?!

Bientôt une heure après être arrivé à la gare, j’arrive enfin à la Guest House. La situation absurde me fait plus rire qu’autre chose, mais je me force à tirer la tronche pour faire comprendre au type que, quand même, faut pas se foutre du monde. Il est désolé, ça me fait une belle jambe. Deux minutes plus tard, en arrivant dans ma chambre, je ne fais plus semblant de faire la gueule : jamais dormi dans un trou à rat pareil ! Je pense que même en Inde ou Laos ils sont plus à cheval sur l’hygiène. M’enfin, au point où j’en suis, j’ai juste envie d’enlever mes pompes et de m’allonger pour la nuit. Voilà un bon souvenir…

Pise, la cour des miraclesPise, la cour des miracles

Tour penchée et cars de chinois

Pise n’est qu’une étape et je reprends déjà le train dans l’après-midi. Juste le temps d’aller flâner en ville et voir de mes propres yeux la célèbre tour penchée. Ça, pour être penchée, elle l’est, et c’est assez impressionnant d’ailleurs !

Mais très vite, mon attention est captée par autre chose. Non plus la tour en elle-même, mais plutôt le comportement des gens qui arrivent ici. Le contraste est frappant avec les rues que je viens de parcourir. Dans le reste de la ville, la vie semble (relativement) paisible, bien qu’un brin bordelique. Les adultes boivent un coup en terrasse tandis que les enfants jouent au ballon sur les places publiques. En revanche, ici, sur la bien-nommée Piazza dei Miracoli – la Cour des Miracles – on est dans un tout autre monde. Chacun s’affère à se frayer un chemin vers l’édifice avec un seul et unique objectif : se faire prendre en photo les bras en l'air comme si tu essayais de retenir la tour pour ne pas qu'elle s'effondre. Tellement original…

Je reste là une petite heure à les observer, c’est fascinant. Parmi les centaines de chinois qui semblent arriver ici par cars entiers, la famille Chang est celle qui m’amuse le plus. Tour à tour, chacun prend la pose en essayant de faire un peu mieux que le précédent. Papa, Maman, Tata, Mamie, les gamines... Tout le monde se prête au jeu, et tous les appareils photo de la famille sont mis à contribution, le plus souvent simultanément. Puis on termine par la belle photo de famille qui va bien, pour montrer aux amis comme on était content en Italie, en rentrant au pays. 

Pise, la cour des miraclesPise, la cour des miracles
Pise, la cour des miracles

On n’est vraiment pas tous faits pareils.  

Rédigé par Pierre

Publié dans #Italie

Commenter cet article

Alex 02/04/2014 18:00

visite Sienne, ça vaut le détour ! bonne route Agent Berguer!

Pierre 02/04/2014 21:22

J'y étais aujourd'hui ;)

Françoise 02/04/2014 17:52

Pour moi, avant d'avoir découvert TA cour des miracles, je n'en connaissais qu'une : celle du supermarché Cora de Lunéville, un samedi après-midi... ! Je préfère nettement celle que tu nous présentes !!!
La météo semble avec toi, c'est déjà pas si mal.
Vive les gens pas tous faits pareil. Bisous

Anne G 01/04/2014 09:42

J’ouvre la page de ton blog presque chaque jour quand je vais voir ma boîte mail... c’est comme si j’ouvrais ma boîte aux lettres et que j'y découvrais une carte postale ! C'est cool ;-)

Cette tour est vraiment très intrigante !! Tu m’as encouragée à me renseigner un peu sur elle et j'ai découvert que le sommet était écarté de plus de 5 mètres par rapport à son axe d'origine !! Assez hallucinant, comment tient-elle debout ? LOL

Des travaux importants qui ont duré 10 ans et qui ont fini en 2001 (pose de blocs de plomb sur son socle, micro-excavations, etc.... le géologue appréciera !!) ont permis de récupérer 50 cm de son inclinaison… et depuis la fin des travaux (les 12 dernières années) encore 2,5 cm… la tour a entrepris de se redresser et à priori aujourd'hui elle se stabilise. Heureusement, car ce serait vraîment trop dommage qu'une si magnifique tour s'écroule !!

Tes photos avec les chinois sont très rigolotes et lumineuses ;-)
Bisous

Pierre 02/04/2014 21:22

Merci pour ces précisions !

Eve 01/04/2014 09:21

Ah l'aventure !!!! ;-)

tata lolotte 31/03/2014 22:26

Ca y est je retrouve la plume que j'aime et le dynamisme de l'aventura !Bon, un lit avec un avant gout de squat, peut être ,un lit à baldaquin, dans un château demain ! quant à la famille Chang tu risques de la retrouver devant chaque monument historique !En tout cas tu fais parti de leur famille !tu les as pris en photo et tu as la tour de Pise en fond de photo ! C'est quand même toi le plus fort ! Bisou mon Loulou!

Diana 31/03/2014 19:56

Tu m' as fait déjà sourire hier en me racontant ton arrivée à Pise, mais te relire m'a beaucoup amusée à nouveau ! Tu es béni par le ciel ! Tu voulais de l' imprévu, du rocambolesque regarde comme tu es gâté !
Mais j' ai confiance en cette magnifique Toscane, sous ses couleurs du printemps, pour te réserver le meilleur des coups de coeur grâce à son charme infaillible !! Oui j' ai confiance en cette merveilleuse Toscane ...
Omero, il est temps que tu ailles au consulat !! et je t' accompagne !! Mais qu' est ce qu' elle fait à mon fils l' Italia de nos racines ??!!

Michel 31/03/2014 19:35

comment cela Françoise n'est pas la première !!?