Podere le Fornaci

Publié le 10 Avril 2014

Comme tous les matins depuis une grosse semaine, alors que les poules m’ont déjà réveillé depuis un moment, l’alarme de mon téléphone sonne à huit heures et quart. Certains sont déjà levés depuis cinq ou six heures, mais je ne vais les rejoindre que pour le petit-déjeuner. Le temps de sauter dans mon froc et je sors de chez moi pour rallier le bâtiment principal.

Au passage, en ce moment, « chez moi », c’est à Greve in Chianti, dans la campagne toscane entre Sienne et Florence. Plus précisément, ma maison, c’est une vieille caravane au fond du jardin. On fait difficilement plus rudimentaire, le matelas trop mou me casse le dos et il fait un peu froid durant la nuit. Mais je m’y plais bien !

Podere le FornaciPodere le Fornaci
Podere le Fornaci

Mon bol de lait sent le bouc mais il n’a jamais été aussi bon. Sans déconner, je m’en fais péter le bide tous les matins. Pareil avec le yaourt et surtout le fromage… Ah, oui, j’aurais peut être dû commencer par ça : depuis mercredi dernier, je travaille dans une ferme ! Une fromagerie et son élevage de chèvres, pour être tout à fait exact.

Marco a démarré Podere le Fornaci – c’est le nom de la ferme – il y a maintenant quatorze ans, pour s’y installer avec sa famille. Avant, il était commercial ou un truc du genre, je ne sais plus trop… En tout cas ce qui est sûr, c’est qu’il ne connaissait rien de la vie agricole. Reconversion totale. Depuis, il a été rejoint par Lea et Michele, respectivement monteuse vidéo dans la pub et psychologue/cuisinier. Pas beaucoup plus de rapport avec la campagne. Seuls les derniers arrivés, Michela et Matteo ont fait des études dans le domaine. Les trois familles sont aujourd’hui associées et tous travaillent ensemble à la ferme. Moyenne d'âge générale : une trentaine d'années.

Podere le FornaciPodere le Fornaci
Podere le FornaciPodere le Fornaci

Chacun a son domaine de prédilection – Matteo est plutôt à l’étable, Michele plutôt à la fromagerie, etc. – mais tout le monde connaît le boulot et peut remplacer le copain si besoin. Ils sont actuellement aidés par Fausto, wwoofer professionnel de longue durée, Simone, ancien maçon en reconversion, et désormais, moi ! Je joue évidemment un rôle mineur dans le fonctionnement de l'exploitation, mais ma contribution n'est pas toujours anecdotique. Sans avoir de poste attitré, je donne un coup de main au jour le jour, là où il y en a besoin. Et c’est plutôt cool, parce que ça me permet de découvrir plein de choses !

Mon activité la plus récurrente est de garder le troupeau pendant les deux ou trois heures où il va paître dans les pâturages un peu excentrés. En un mot, je suis berger, comme le fut mon grand-père dans ses jeunes années sardes. Ce parallèle me plait assez bien d’ailleurs… 

Mon job pourrait sembler un peu chiant vu de l’extérieur, glandouiller autour des chèvres pendant qu’elles broutent de l’herbe, mais en fait pas tant que ça. C’est plutôt relax, mais tu n’as pas vraiment le temps de t’emmerder non plus. Il faut dire qu’une chèvre, c’est un peu con. Elle pourrait manger ce qui pousse autour d’elle, mais non, il semble que ce soit toujours meilleur un peu plus loin. Donc à chaque bouchée, elle fait un pas en avant, jusqu’à se retrouver à l’autre bout du pré. Et si t’es pas là pour lui dire de faire demi-tour, elle est assez stupide pour sauter la clôture et aller voir ce qu'il y a à manger au milieu de la route... Le but du jeu, pour toi, berger, c’est donc d’être toujours en face d’elle pour lui dire de faire demi-tour. Pas bien compliqué en soit, sauf que le troupeau compte près de cent bestioles et qu’elles ne vont pas souvent dans le même sens. Et je te passe le coup où Mario (le vieux mâle dominant) a déchiré mon t-shirt en tentant de m'embrocher avec ses cornes... Comme je disais, pas le temps de t’emmerder !

Podere le FornaciPodere le Fornaci
Podere le FornaciPodere le FornaciPodere le Fornaci

Autre activité sympa à laquelle je participe souvent : la traite des chèvres. Si j’ai bien compris, c’est fait deux fois par jour, une le matin et une en fin d’après-midi. Ceci dit, je ne me suis jamais réveillé assez tôt pour vérifier s'ils font bien la première, j’aime mieux participer à la seconde ! C’est un peu plus technique que le goat-sitting dans les prés, mais pas sorcier non plus. Faut juste faire attention aux coups de sabots, parfois elles sont pas trop contentes que tu leur tires les nénés…

Podere le Fornaci
Podere le FornaciPodere le Fornaci

A coté de ces deux activités majeures, il y a toujours mille choses à faire avec les chèvres : nourrir tout le monde, nettoyer l’étable, soigner les malades, etc. Sans oublier de prendre le temps d’aller jouer avec les mini-biquettes. Parce que faut bien avouer qu’un bébé chèvre c’est tout mignon mignon mignon…

Podere le FornaciPodere le FornaciPodere le Fornaci

Sinon, si tu ne veux pas marcher dans la bouse, tu peux toujours enfiler un tablier et aller à la laiterie/fromagerie. C’est intéressant même si je préfère quand même être avec les chèvres. Charlotte sur la tronche, savonnage de main façon bloc opératoire, tu as un peu l’impression d’être dans un laboratoire. Il suffit de suivre le protocole : contrôler la température, garder un œil sur le chronomètre, chauffer, filtrer, démouler, etc. Comme le reste, ça demande évidemment un minimum de savoir faire, mais le travail de routine n'est pas long à maitriser. Reste surtout la satisfaction quelques jours plus tard de te dire que le bout de fromage dans ton assiette, c’est toi qui l’as fait !

Podere le FornaciPodere le FornaciPodere le Fornaci

En un mot comme en cent, tu l’auras compris, je m’éclate plutôt bien par ici ! 

Rédigé par Pierre

Publié dans #Italie

Commenter cet article

Greg 26/06/2014 14:29

Michelle psychologue/cuisinier ... j ai toujours rêver d être plombier/astronaute !

Eve 14/04/2014 09:23

Trop sympa cette petite halte !
Jolies photos... et toujours le beau temps !
Profite bien ! A bientôt !

Pierre 12/04/2014 20:13

Je prends toujours autant de plaisir à lire vos petits commentaires, merci de suivre mes aventures :)

Pierre 13/04/2014 19:50

Je repars vendredi prochain normalement !

Françoise 13/04/2014 19:49

et tu penses faire le berger encore quelque temps ou tu penses déjà repartir pour de nouvelles aventures ?

Tosh 11/04/2014 22:21

Au top :)

Michel 11/04/2014 09:25

Regarde un peu mieux mon fils.
Les chèvres sont un peu comme toi.
L'herbe est toujours plus verte de l'autre coté.
Elles, c'est juste de l'autre coté de la barrière.
Toi, à cet instant, chez nos voisins Italiens.
Et demain de l'autre coté du monde !

omero 10/04/2014 22:09

En un mot: le retour à l'essentiel... c'est divin !
c'est marrant quand je regarde Mario... je m'dit que je l'ai déjà vu quelque part, il me fait penser à quelqu'un mais je ne sais plus qui...

JP 10/04/2014 21:22

M'a l'air bien bon, ce fromage !

Tonchanita 10/04/2014 19:31

Génial !! Plus tard ce sera Basile qui gardera mes chèvres! Bisous au chat

Françoise 10/04/2014 18:58

Mario ?
C'est celui qui mâche une tige de pissenlit ? Quel cochon !!!
Tu sais à qui tu me fais penser, installé, bienheureux devant ta caravane ? Ben oui, tu sais. Et je pense pouvoir affirmer qu'il serait fier de toi !
C'est cool ton histoire de berger. Et ces petits fromages me donnent l'eau à la bouche. Je ne te dis pas de m'en mettre de côté, mais c'est bien dommage !!! Plein de bisous Pierre.

Julia 10/04/2014 18:03

Waouuu ça a l'air chouette! Ça donne envie

heidi 10/04/2014 16:24

Oh comme j'aimerai être à tes cotés! Pour faire la chasse à la biquette qui se fait la malle !!!!te peindre en berger dans les pâturages italiens (si je savais peindre bien entendu!)et pédaler sur un vélo pour te fournir un peu d'électricité de chauffage pour tes fraiches nuits campagnardes! Ton nouveau chapitre a un délicieux gout de fraicheur et d'authentisme!!!!J'adooooooore !MERCI

omero 10/04/2014 22:16

Ahhh! je n'avais pas reconnu ma petite femme chérie!!! Mais c'est vrai qu'en regardant des photos d'elle petite, c'est Heidi tout crachée!! manquait plus que Peter pour faire le lien!