Au cœur du bouddhisme tibétain

Publié le 25 Août 2014

Il m’aura fallu encore quelques jours de bus, mais j’ai finalement réussi à atteindre l’objectif fixé en début de semaine dernière. Plusieurs jours pour seulement quelques centaines de kilomètres, c’est long, tu me diras. Et oui, parce qu’ici, tu avances à sauts de puce : tous les bus partent super tôt, donc quand tu as rejoint le bled suivant, même s’il n’est pas encore midi, tu restes coincé au moins jusqu’au lendemain matin. Sans parler de l’état catastrophique des routes qui tendent à doubler les temps de trajet…

Mais les mauvaises choses ont toujours un coté positif, qui en l’occurrence s’appelle Huaqinq (prononcer « Ouachin »). Alors que je viens de débarquer dans le trou du cul du Tibet et ne parviens pas à trouver d’auberge, voilà qu’un brave type m’aborde pour me proposer de m’héberger ! Si je dois bien avouer être resté sceptique un bon moment, m’attendant à chaque instant à tomber dans un guet-apens ou me faire rançonner mon pognon, j’ai finalement dû me rendre à l’évidence qu’il n’attendait rien de moi sinon de l’aider à débroussailler son anglais archaïque. Donc, les gens gentils sans raison, ça existerait vraiment ?

Sans avoir le temps de comprendre ce qui m’arrive, me voilà à manger chez sa mère, boire une bière chez son frère, dîner chez un copain… Pour rester dans la légalité, on dira qu’on a parlé uniquement de tennis, puisque mentionner la politique infligée à son peuple par le gouvernement central pourrait lui valoir un séjour en prison. Conversation fort intéressante et instructive néanmoins, qui aura parfaitement complété – avec un point de vue légèrement différent –  la même discussion « tennistique » que j’avais eue quelques jours avant avec une touriste Han.

Huaqinq et son neveu tout mignonHuaqinq et son neveu tout mignon

Huaqinq et son neveu tout mignon

Me voici donc arrivé à destination, disais-je. Bienvenue à Larung Gar, la plus grande université bouddhiste au monde ! C’est au creux d’une petite vallée culminant à plus de quatre mille mètres d’altitude que s’est développé ce haut lieu du bouddhisme tibétain. Une bulle rouge au milieu des collines verdoyantes. Rouge comme les milliers de maisonnettes qui forment un immense labyrinthe autour du centre universitaire. Rouge comme les tuniques des dix mille moines et nonnes qui ont élu domicile ici, temporairement pour certains, définitivement pour d’autres. 

Larung GarLarung GarLarung Gar
Larung GarLarung GarLarung Gar

Larung Gar

Je pourrais essayer de te faire croire que j’ai été happé dans l’univers du bouddhisme, que ce lieu mystique m’a permis de percer les secrets de ce culte hautement spirituel. Mais en réalité, je dois avouer ne pas avoir compris grand chose à ce qui se passait autour de moi. J’étais juste là, passif, en observateur. Et pour le coup, ça me plaisait bien comme ça. Sentiment paradoxal de n’avoir rien à faire là et pourtant d’être arrivé au bon endroit, au centre du monde. Au centre d’un monde, au moins.

Le hasard des rencontres m’aura quand même conduit à une session de classe / prière avec ce qui devait être un moine un peu amélioré. Voici deux heures représentatives de l’ensemble de mon séjour à Larung Gar, dans une bienheureuse incompréhension. J’ai vu un monsieur tout gentil marmonner dans son micro, jeter du riz en agitant des drapeaux, passer une écharpe en soie sur les épaules de chacun des disciples (moi compris) en leur soufflant sur le crâne, avant de s’adonner à un joyeux exercice de questions-réponses. Je n’ai absolument rien bité, évidemment, mais j’étais content !

Le super lama

Le super lama

Je suis toujours aussi amusé de voir que derrière les tuniques et le statut de moine se cachent de simples être humains. Dans les autres monastères où j’étais passé précédemment, j’avais déjà remarqué que les plus jeunes passaient leur temps à courir, jouer, crier, comme des gamins lambda dans une cour d’école primaire. En réalité, même les adultes ne manquent pas une occasion de plaisanter ou chahuter. Assister à une réunion de nonnes dansant, chantant et jouant au badminton au sommet d’une colline au soleil couchant amène à réaliser que tout n’est pas aussi stricte qu’il n’y paraît de prime abord. Et j’ai envie de dire tant mieux, parce que sinon, n’ayons pas peur des mots, leur vie serait quand même un poil chiante au bout d’un moment !

Là, c'est studieuxLà, c'est studieux

Là, c'est studieux

Grace à un petit groupe de touristes chinoises fort sympathiques, j’aurai également eu l’occasion d’assister à un rite tibétain particulièrement rebutant : les funérailles célestes. En bref, plutôt que d’enterrer ou incinérer le défunt, le cadavre est offert en pâture aux vautours, qui auront pour mission de transporter son âme vers les cieux. Lorsque nous arrivons, un peu en retard, les centaines de volatiles ont déjà bien travaillé. Il reste un pied qui traine à gauche, un crâne qui roule à droite, et une cage thoracique que deux bouchers sont occupés à découper à grands coups de hachoir. Spirituel, mais un poil gore quand même.

Par respect pour les proches, je me contente de te présenter les transporteurs d'âmePar respect pour les proches, je me contente de te présenter les transporteurs d'âme
Par respect pour les proches, je me contente de te présenter les transporteurs d'âme

Par respect pour les proches, je me contente de te présenter les transporteurs d'âme

Enfin, je veux profiter de cette page consacrée au bouddhisme pour pousser un petit coup de gueule. J’entends régulièrement dans la bouche de nombreuses personnes un éloge un peu simpliste concernant cette religion. Du genre : « Eux, ils ont tout compris, man. Nous autres capitalistes ignares nous créons tant de besoins superficiels alors que les bouddhistes nous prouvent qu’il est possible de vivre une vie simple et pacifique, emplie de bonté d’âme, de sérénité et d’art de vivre… » Pouah, ça me flingue quand j’entends ce genre de conneries ! Arrête-toi deux minutes pour ouvrir les yeux !

Notre société est très loin d’être parfaite, certes, mais tout n’est pas à jeter non plus. Il faut cesser de se diaboliser en permanence et d’idéaliser les autres de cette façon. Je ne suis personnellement pas parti en voyage pour fuir la France, mais simplement pour découvrir d’autres cultures, sans chercher à hiérarchiser quelle serait la meilleure ou la pire. Il y a du bon et du mauvais partout et malgré les problèmes liés à notre capitalisme à outrance, nous disposons d’infiniment plus que nombre de peuples reculés, si bien que je n’échangerais pour rien au monde ma vie de français occidental avec celle d’un tibétain.

Et puis, si tu crois que le capitalisme n’existe pas ici, viens donc faire un tour, tu vas déchanter ! Attends de voir les masses de pognon que brassent chacun des temples. Attends de voir comment les pauvres paysans qui arrivent à mettre deux malheureux ronds de coté à la fin de l’année finissent par devoir tout donner aux moines. Attends de voir que le lama dont je parlais plus tôt a sans doute reçu en offrande pour cette seule session de quoi acheter sa nouvelle voiture. Attends de voir des moines se faire payer à la minute des séances de prières privées pour éloigner les mauvais esprits. Bref, attends de voir tout ça pour te faire une meilleure idée de ce qu’est vraiment le bouddhisme concret. Ça fait un peu redescendre sur Terre…

Rédigé par Pierre

Publié dans #Chine

Commenter cet article

Prospero 27/08/2014 17:09

Pas mal ta photo du nouvel imprimé Kenzo.... Tu vas finir publicitaire à ton retour.
Et en plus, pondéré dans les commentaires, un vrai roi Salomon: bref, la sagesse déjà?
Il serait intéressant de savoir comment tu te décides à aller à un endroit plutôt qu'à un autre surtout en Chine.L'intuition ?
Ton blog est toujours aussi passionnant...

Pierre 27/08/2014 17:56

Pour le coup j'avais lu un article sur Larung Gar sans un hors série Géo la semaine avant mon départ en mars dernier ! Sinon, ça dépend, souvent un peu au pif, sinon sur conseil d'autres voyageurs... Bises !

Sabine 26/08/2014 23:28

Tu sais, il ne s'agit pas du tout de militantisme ! C'est juste que ton témoignage me rappelle ce que je dis quelques fois à mes parents, quand je suis blasée de notre vie stressée : "Un jour, j'irai vivre à la montagne, avec des chèvres !" Histoire de ne se consacrer qu'à l'essentiel... Encore que ça limite pas mal les belles rencontres à faire ; il y en a encore, tu nous le prouves à chaque reportage... ;)

Françoise 26/08/2014 18:26

Mélange de poésie et d'horreur : Ces moines, habillés tout de rouge, et bien "rangés" sur leur tapis de verdure (tapis? mosaïque ?) me font penser à une prairie de fleurs....... Pour les vautours, que dire ??? Vautours, vers de terre... que choisir ? J'vais réfléchir !

Pierre 27/08/2014 01:46

C'est effectivement un grand tapis ;)

JP 26/08/2014 20:13

Oui, ça me fait penser à des pétales de coquelicot, c'est superbe ! Je suis aussi impressionné par la vallée mangée par les habitations...

omero 26/08/2014 19:52

Pour ma part, j'opterai plutôt pour le Phoenix...

Sabine 26/08/2014 16:04

Encore une excellente expérience ! Une immersion spirituelle dans le grand Univers bouddhiste, ce doit être quelque chose... Même si sa compréhension est un peu difficile pour nous, pauvres occidentaux ignares de ses préceptes emplis de bonté d'âme, de sérénité, d'art de vivre dans la simplicité ; malgré des rites qui nous semblent barbares, mais qui, au fond, ne sont que le cycle immuable de la vie... Non ? Enfin, il me semble...
En tout cas, belle tranche d'aventure, une fois n'est pas coutume, et belles photos...
Quel beau périple ! Bravo Pierre, tu fais entrevoir, par tes photos, tes expériences et tes belles rencontres qu'une vie paisible est possible, sans pour autant courir après les prouesses capitalistes (entre nous beaucoup plus barbares que ces transporteurs d'âmes) et les besoins superficiels que l'on se créé tous les jours. Je valide !!

Pierre 31/08/2014 09:51

Pas de soucis, pas de polémique, je tenais juste à préciser certaines choses qui semblent parfois oubliées ou mal comprises par certains. Merci de m'en avoir donné l'occasion ;)

Sabine 30/08/2014 16:01

Pop pop pop... ! Comme j'avais déjà abordé ça qqs instants après ma 1ère réflexion, il ne s'agit pas du tout de militantisme et encore moins de diabolisation de notre société ! Il est évident que je serais pas prête à abandonner mon petit confort quotidien, de façon définitive, et que je ne suis, pas trop, dupe sur le "fonctionnement quotidien" des Asiatiques et notamment des moines dont tu parles ; il doit probablement se passer le même type de chose en Afrique par exemple.
Puis, ce n'est pas mon idée de cracher dans la soupe française... Si on va par là, il y a déjà en France de quoi se retirer pour effectuer un petit retour sur soi dans qqs monastères qui proposent des retraites, payantes elles aussi, sans pour autant traverser le monde entier pour ça !
Il s'agissait simplement de mettre en avant un mode de vie qui me semble plus proche des fondamentaux que nous oublions un peu plus chaque jour, et auquel semblent adhérer le plus grand nombre là-bas, c'est tout... Bref, il n'était pas question de polémiquer !
Je te souhaite un très bon périple, en attendant tes prochaines aventures, toujours tellement palpitantes ! Bonne route !

Pierre 28/08/2014 03:08

Content de savoir que tu as ressenti la même chose :) Moi aussi j'aimerais que tu sois là !!! Bisous !
PS : désolé pour les fautes d'orthographe (éloignER...), j'en fais assez comme ça sans que l'iPhone se mette à corriger n'importe quoi ;)

Frère tosh 27/08/2014 18:26

Merci pour ce commentaire de commentaire ;) Je ne peux être plus d'accord avec toi. J'ai ressenti exactement la même chose. Les photos sont plus que splendides bravo ! J'aimerais être à tes côtés. Bisous

Pierre 27/08/2014 01:46

Attention à ne pas idéaliser certains modes de vie en diabolisant notre société. Il y a de bonnes et de mauvaises choses de chaque coté et n'oublie qu'au delà des problèmes du capitalisme nous avons accès à infiniment plus de choses que certains peuples reculés. Je sais que c'est le discours de beaucoup, mais je ne suis personnellement pas parti en voyage pour fuir la France mais simplement pour découvrir d'autres cultures, sans chercher à hiérarchiser quelle serait la meilleure et la pire. Sois sûre que je n'échangerais personnellement pas ma vie de français occidental avec celle d'un tibétain...
Il y a une chose que je n'ai pas abordée ici car Larung Gar semble faire exception (on m'a raconté que le big boss refusait les investissements de riches tibétains des villes pour se contenter du minimum vital, ce qui est tout à fait louable) mais temple après temple je suis toujours un peu choqué par le pognon que ça brasse. Les pauvres paysans qui arrivent à mettre deux malheureux ronds de cotés à la fin de l'année donnent tout aux moines. Le moine ++ dont je parle ici a certainement reçu en offrande quoi s'acheter une nouvelle voiture pendant cette seule séance. Et j'ai aussi eu l'occasion de voir des moines se faire payer à la minute des séances de prières privées pour éloignées les mauvais esprits (évidemment, plus tu payes, plus il défonce les mauvais esprits)... Bref, attention à ne pas idéaliser les autres cultures en diabolisant la notre !

tatalolita 26/08/2014 09:17

Mon coeur faisait crescendo en te lisant !Ce monde si attirant ,être perdu sans l'être vraiment !Ce sentir vivant au milieu de nulle part.Mais j'avoue que pour le coup la fin par contre ........Mais pourtant
Continue de nous conter tes aventures authentiques ,elles font partie du sel de ma vie