Chengdu, derniers jours en Chine

Publié le 29 Août 2014

C'est finalement le mauvais temps qui nous aura chassés de Larung Gar. Depuis quelques jours, nous sommes bloqués dans la grisaille et, à quatre mille mètres, la pluie te glace le sang. Alors après un dernier arrêt dans le petit village de Tagong, dans l'extrême est du pays de Kham, j’ai dit au revoir aux montagnes tibétaines pour descendre jusque dans le bassin du Sichuan, où j’ai rejoint sa capitale, Chengdu. 

TagongTagong
TagongTagongTagong
TagongTagong

Tagong

Le retour en ville n'est pas évident. Nous avons troqué les doux marmonnements liturgiques contre le vacarme assourdissant des klaxons et des moteurs. Le calme des monastères a été remplacé par l'agitation perpétuelle de la rue. Retour de cette chaleur moite aussi, et des moustiques qui vont avec. Le seul vrai côté positif, c'est que je ne suis plus essoufflé chaque fois que je monte trois marches ou me retourne dans mon lit. Il faut dire qu'on vient de perdre pas moins de trois mille cinq cents mètres en quelques heures. Mes globules rouges m’en remercient.

Tout le monde semble s'accorder à dire que Chengdu est une ville charmante, mais en vérité j’ai vraiment la flemme d'aller à sa découverte. Au delà de dix millions d'habitants, je trouve ça un peu trop grand… Je suis certain qu'il y a mille choses formidables à découvrir ici encore, mais j'ai besoin d'un peu de repos. C'est donc sans attente particulière ni programme de visite que je passe ces derniers jours chinois, en compagnie d'Isabelle et Frizzette que j’avais déjà retrouvés à Larung Gar. 

ChengduChengduChengdu
ChengduChengduChengdu

Chengdu

Nous avons profité de notre présence en ville pour découvrir l’une des spécialités du Sichuan : l'opéra. Les chinois dans la salle sont comme des dingues, mais entre nous, le spectacle qui nous est proposé est une vaste blague qui flirte en permanence avec le ridicule, voire qui sombre largement dedans à de multiples reprises. A en juger par ses cris de surprise et acclamations admiratives, ma voisine semble vraiment impressionnée par le show. Mais pour quiconque a grandi avec « le plus grand cabaret du monde », les quelques guignols qui gesticulent maladroitement sur scène sont plus pathétiques qu'autre chose. Merde alors, serais-je blasé ? Non, je ne pense pas. C'est juste que ce soir, objectivement, c’est de la merde.

Chengdu est également connu pour être la capitale mondiale des pandas et n'appelle qu'à rendre visite à son animal fétiche. Mais la logistique et la peur de tomber dans une attraction touristique bien formatée nous auront finalement amenés à faire l'impasse sur les ours du Sichuan pour nous rendre plutôt hors de la ville, à la découverte d'un petit village typique en bord de rivière. Sauf que là encore, les ravages du tourisme de masse ont transformé cette ancienne petite bourgade fluviale en station balnéaire prisée. On peut encore deviner à quoi devait ressembler le hameau il y a trois cents ans, mais il faut pour cela faire preuve d’une sacrée capacité d’abstraction tant chaque échoppe s’est aujourd’hui transformée en vendeur de merdouille.

PinglePingle
PinglePingle
PinglePingle

Pingle

Et voilà, près d’un mois après avoir franchi sa frontière nord, mon séjour en Chine touche déjà à son terme. Ce n’est pas plus mal, j’ai déjà la tête au Népal…

Rédigé par Pierre

Publié dans #Chine

Commenter cet article

tatalolita 30/08/2014 11:57

Prends soin de toi au Népal !Je te sens bien fatigué .....je suis ravie de savoir qu'Isabelle et Frizzette sont là et que Marion approche à grand pas! Les saisons changent ,le sec devrait t'attendre vers Katmandou ! bisoussss

diana 02/09/2014 23:51

:-)))

Françoise 02/09/2014 13:53

Alors ?!?!?!?! ça y est ? Tu as retrouvé ta sœur ?
Plein de belles choses pour la suite de ton aventure !

Pierre 30/08/2014 12:51

La fatigue, ça va, ça vient... Pas de quoi s'inquiéter ;) Bisous !

Paolo 30/08/2014 11:36

Salut Pierre, La tablette ne me permettant pas de commenter tes aventures, je profite d'un accès à un vrai PC pour le faire enfin.
Toujours admiratif et rêveur à la lecture de chacun de tes articles, j'attend toujours avec impatience le suivant... Et j avoue que ta capacité a retransmettre chacune de tes sensations, de tes émotions par l'écriture me permettent de m'évader quelques instants en rêve...
On attend donc tous la suite Népalaise qui ne manquera pas , j'en suis certain, ni de charme, ni de nouvelles magnifiques découvertes et encore moins de rencontres inoubliables.
Bonne route...

Françoise 01/09/2014 09:52

Bonjour Paolo, J'ai appris ta mésaventure par ta sœur ardéchoise... Bon courage !

Pierre 30/08/2014 12:51

Salut Paolo ! Je pense à toi en ces temps difficiles et me réjouis de t'aider à t'évader un peu !

bénédicte 30/08/2014 11:33

bjr, je suis une collègue de Katia, et je voulais vous remercier de nous faire partager votre périple : vos sentiments, les photos, on aurait presque les senteurs des pays visités. Cela fait plusieurs semaines que je suis votre belle aventure :) un beau dépaysement dans notre monde de brute. bonne continuation

Pierre 30/08/2014 12:50

Merci Bénédicte, content de te compter parmi mes lecteurs ;)