Air pur et réflexions du Titicaca

Publié le 23 Février 2015

Après tout ce temps parmi les foules citadines, j’avais grand besoin de me mettre au vert. Ça tombe bien, je suis aux portes d’un véritable paradis naturel : le lac Titicaca – qui, soit dit en passant, n’est pas sans me rappeler le tout aussi majestueux Baïkal. A peine débarqué du bus à Copacabana, je saute dans un bateau. Direction l’Isla del Sol, célébrissime petite île à quelques kilomètres de la côte. L’air frais m’emplit les poumons, j’ai l’impression de ne pas avoir respiré depuis des semaines. Que ça fait du bien…

Ici, pas de voiture, pas de moteur. Les deux mille autochtones se déplacent toujours à pied ou à dos de mulet. Grand bien leur fasse. J’enfile mes godasses de rando et c’est parti, à la découverte de ce grand caillou. Le sentier sacré longe la crête du nord au sud, offrant une vue imprenable sur les deux rivages ainsi que les montagnes environnantes. J’ai la musique à fond dans les oreilles et me surprends à chanter à tue-tête. Je dois avoir l’air bien con mais je m’en fous pas mal. D’autant que, étonnamment, je ne croise plus personne depuis que je suis sorti du village.

Merde, le chemin fait demi-tour. J’ai déjà parcouru les dix kilomètres ? Nan, attends, il reste une petite colline à escalader en hors piste. La pluie commence à tomber mais, à ce stade, rien ne me ferait faire marche arrière. Ah, voilà, j’y suis. Face à la mer, au bout de l’île, comme au bout du monde. Avec le vent qui s’engouffre dans mon poncho, j’ai l’impression que je vais m’envoler. L’envie me prend de gueuler un truc genre « Libertéééééé » comme à la fin de Braveheart, mais je parviens à me contenir ; faut quand même pas pousser. L’idée m’aura au moins fait sourire, c’est toujours ça de pris.

Air pur et réflexions du Titicaca Air pur et réflexions du Titicaca
Air pur et réflexions du Titicaca Air pur et réflexions du Titicaca Air pur et réflexions du Titicaca
Air pur et réflexions du Titicaca Air pur et réflexions du Titicaca
Air pur et réflexions du Titicaca Air pur et réflexions du Titicaca

Alors que je redescends de mon petit sommet, je les vois arriver. Je m’étais vraiment étonné d’être aussi tranquille dans ce qui, avec le Salar d’Uyuni, est probablement le coin le plus touristique de Bolivie. En fait, j’étais juste parti deux heures avant eux, ou alors c’est le retour du soleil qui les a fait sortir de leur tanière. Quoi qu’il en soit, les centaines de touristes sont bien là et je ressens un besoin irrésistible d’aller me planquer. Bouquiner une bière à la main devant un panorama de rêve, tout en essayant tant bien que mal de prendre en photo les colibris qui me tournent autour, j’ai connu pire comme retraite.

Air pur et réflexions du Titicaca Air pur et réflexions du Titicaca
Air pur et réflexions du Titicaca Air pur et réflexions du Titicaca Air pur et réflexions du Titicaca

Tiens, j’ai écrit « me planquer ». Je me rends compte que c’est vraiment ça : je me planque. Je ne les supporte plus, tous ces touristes de masse. Et je réalise que si je ne peux plus les voir, c’est surtout parce qu’ils me renvoient une image de moi-même qui ne me plait pas du tout. L’escapade bucolique de ce matin n’aura été qu’une brève parenthèse ne faisant qu’accentuer une réalité bien moins agréable. Je n’aime pas la façon dont je voyage ces derniers temps. Je suis à nouveau en plein dans les circuits touristiques que je ne cesse pourtant de dire vouloir éviter. Ça m’énerve. Je m’énerve.

Voilà trois jours que je me creuse le cigare pour savoir où je vais aller une fois que j’aurai quitté l’Isla del Sol et franchi la frontière péruvienne. Je n’arrive pas me décider entre les différents sites touristiques qui s’offrent à moi et je comprends maintenant que mon indécision n’est que le reflet de mon total désintérêt pour ces lieux. Ils sont bien beaux le Machu Pichu et les autres « incontournables » du Lonely Planet, mais le fait est qu’en ce moment, je n’ai absolument pas envie d’y aller. Alors je culpabilise, j’hésite, et je tourne en rond. Rhhaaaaa, ça m’énerve !

J’en ai marre de faire le touriste-mouton sous prétexte qu’il faut aller voir ci ou ça. J’ai envie de repartir à l’aventure comme je l’ai fait par le passé. Sauf que l’impression de sécurité prodiguée par les circuits touristiques conventionnels que j’ai empruntés ces dernières semaines ne m’a pas vraiment mis en confiance. Les faits sont là : j’ai peur de sortir de cette satanée zone de confort.

A bien y réfléchir, ce sentiment m’est familier… Oui, cette impression d’être obligé de faire des choses que je n’ai pas envie de faire, je l’ai déjà ressentie. C’était il y a presque un an, en Italie. Là aussi, ça faisait un peu plus d’un mois que je jouais le touriste lambda et j'étais au bout du rouleau. Je prends le temps de relire ce que j’avais écrit à l'époque à ce sujet. C’est exactement ça !

Bon, allez, ça suffit les conneries. Faut que je retrouve mes cojones et reparte à l’aventure. Profiter du changement de pays. Le passage d’une frontière est toujours un nouveau départ suite auquel il est nécessaire trouver de nouveaux repères. En quittant l’Italie pour la Croatie, j’avais réussi à remettre les pendules à l’heure en tendant le pouce au bord de la route. Pas de raison que je n’y arrive pas cette fois-ci ! La décision est prise : demain, je pars en stop. Au pif. L’idée me redonne le sourire. J’ai envie de brûler mon Lonely Planet pour marquer le coup. Ceci dit, comme je l’ai payé seize balles et que de toute façon c’est une version informatique dans ma liseuse, je m’abstiendrai. Mais le cœur y est.

Rédigé par Pierre

Publié dans #Bolivie

Commenter cet article

Françoise 01/03/2015 10:50

Trouver une bière (ou en avoir emporter une avec toi...), tu n'as pas perdu le sens commun. C'est déjà ça !

Marrainelol 25/02/2015 17:58

Circuits touristiques conventionnels ou hors des sentiers battus, de toute façon, nous, ça nous va :-) Quelle belle aventure !!! Les colibris... ça me fait penser à la Guadeloupe, on en avait un magnifique qui venait tourner autour de nous lorsqu'on petit-déjeunait sur la terrasse... Bisous !

tatilolita 24/02/2015 00:32

A lire tes derniers articles ,il en ressort que c'est avant tout de soi que l'on a besoin !Alors suivre son instinct me parait judicieux ! Ta ballade littéraire me plait toujours autant !
Je t'embrasse!

Pauline 23/02/2015 23:52

Il faut savoir jongler entre les 2 pierrot, c'est vrai que si les lieux touristiques attirent c'est aussi parce qu'ils sont très beaux (et les photos parlent d'elles-mêmes) mais à ne faire que ca on a pas l'impression de s'imprégner de la culture du pays, de la vraie vie derrière l'image touristique qu'on veut lui donner. Tu as raison, pars à l'aventure ! Et raconte nous tout ca ;-)

Michel 23/02/2015 21:32

Trop belles... et en les voyant, on comprend pourquoi ce lieu attire les touristes et les voyageurs !

Tonchanita 23/02/2015 21:03

Trop belles tes photos !