Hué, Hanoi et baie d'Ha Long

Publié le 8 Décembre 2016

Jeudi 1er décembre 2016

Quelle journée de merde ! Elle avait bien commencé pourtant. Lorsque nous passons la frontière, inquiets de savoir si payer l’amende pour overstay allait être suffisant afin de ne pas avoir d’ennuis, l’officier ne daigne même pas nous faire une remarque ou demander les vingt dollars que nous lui devons ; à peine lève-t-il les yeux avant de tamponner nos passeports comme si de rien n'était. Nous voilà donc en territoire vietnamien, et c’est là que les choses se gâtent. Le chauffeur – qui doit probablement être tout excité d’avoir regagné son pays – commence à conduire n’importe comment, klaxonnant comme un fou toutes les cinq secondes. A mesure que nous avançons, le ciel se couvre de plus en plus, jusqu’à ce que commencent à tomber les seaux d’eau qui ne nous quitteront plus. Le soulagement d’être enfin arrivés à Hué après huit heures de bus sera vite estompé par la découverte de mon sac à dos trempé au fond de la soute. Notre taxi se révèle ensuite tout aussi mauvais conducteur, manquant de percuter maints scooters alors qu’il se perd en contre-sens dans plusieurs ruelles, bien incapable de localiser notre hôtel. Les pérégrinations inutiles qu’il nous faudra faire à pied sous le déluge pour enfin trouver la guest-house finiront de nous détremper, et les trois banques visitées en chemin se montreront incapables de nous changer en dongs le million et demi de kips qu’il nous reste sur les bras (un rapide coup d’œil sur internet confirmant finalement que la chose est pour ainsi dire impossible dans le pays). Bref, arrivée enchanteresse au Vietnam…

Vendredi 2 décembre 2016

Nous tentons une sortie malgré des précipitations toujours aussi intenses. Il semble que cette ancienne capitale impériale soit l’une des plus belles villes du pays, et le peu que nous arrivons à en voir révèle effectivement quelques beaux édifices. Mais la douche continue et les dix centimètres de flotte dans lesquels nous pataugeons en permanence nous forcent vite à rebrousser chemin. 

Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long

Samedi 3 décembre 2016

Les prévisions météo annoncent encore dix jours de mousson ici comme à quatre cents kilomètres à la ronde, alors que le beau temps semble bien établi à Hanoi. N’ayant aucune envie de réitérer la claustration de Phongsali, nous décidons sur un coup de tête de nous envoler pour la capitale. Je ne suis pas particulièrement enchanté à l’idée de prendre l’avion – moi qui lui préfère habituellement l’expérience des transports locaux – mais la perspective de se taper seize heures de bus sous ce déluge est encore moins enthousiasmante. 

Dimanche 4 décembre 2016

Malgré d’évidentes différences, à commencer par cette architecture typique à maisons hautes et  extrêmement étroites, la vieille ville de Hanoi n’est pas sans me rappeler étrangement les hutongs pékinois. S’y retrouvent notamment les joueurs d’échecs chinois, les gargotes de rue et une foultitude de petits commerçants installés dans un labyrinthe de ruelles étroites. Le quartier, comme le reste de la ville, est néanmoins beaucoup plus survolté et constitue une véritable fourmilière dont la découverte n’est pas de tout repos. Après le calme des conducteurs thaïlandais et le désert des routes laotiennes, il n’est pas évident de s’adapter à la circulation vietnamienne, en particulier dans ce centre-ville bondé. Du 4x4 de luxe à la bicyclette la plus médiocre, des torrents de véhicules se déversent continuellement dans tous les sens sans le moindre ordre apparent. Les feux sont quasiment tous éteints, ce qui ne facilite pas le trafic. Et force au piéton de se frayer un passage dans tout cela, les trottoirs étant systématiquement bloqués par quelque table ou mécanicien au travail. Un véritable calvaire pour Nara, qui supporte déjà mal la traversée d’un passage piéton traditionnel, mais je suis pour ma part plutôt amusé par le chaos ambiant, bien que je doive admettre que ce ballet motorisé sur concerto de klaxon m’ait rapidement donné le tournis.   

Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long
Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long
Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long
Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long

Lundi 5 décembre 2016

Décidément, rien n’a l’air simple au Vietnam. Après que notre hôte ait éhontément tenté de nous arnaquer de deux cent mille dongs, nous réservons notre passage vers la baie d’Ha Long via la guest-house voisine. Vers la grande île de Cat Ba, plus précisément, de l’autre côté de la baie. En passant par Haiphong pour y prendre le ferry, on devrait être arrivés en moins de quatre heures. Un chouette programme, à ceci près que je réalise à peine sortis d’Hanoi que nous ne sommes pas sur la bonne route. A l’évidence, le van nous conduit vers Dao Tuan Chau, beaucoup plus au nord, ce qui va nous faire perdre plusieurs heures. A partir de là, le programme ne va plus cesser de changer, sans qu’aucun passager ne comprenne ce qui se passe ni ne soit jamais logé à la même enseigne. Lorsque nous arrivons au port, le ferry a disparu et on nous parle désormais de speed-boat. Deux touristes sont envoyés à droite, trois autres à gauche, certains ont disparu, nous deux devons attendre je ne sais quoi… Notre chauffeur se fait la malle à son tour, remplacé par un autre, puis un second. Chacun parait complètement perdu dans ce mélimélo d’ordres et de contre-ordres permanents. Nous avons tous réservé des trajets différents et personne ne semble obtenir ce qui était prévu. Ce joyeux bordel et les péripéties qui vont avec se poursuivront encore quelques heures, les organisateurs donnant véritablement corps à l’expression « pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? » Nous finirons néanmoins par arriver à destination avec plus de trois heures de retard, égayés par la première vision de cet archipel somptueux perdu dans la brume. 

Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long

Mardi 6 décembre 2016

Le ciel est à nouveau voilé et nous avons donc décidé d’aller crapahuter sous la canopée. La bonne vieille combinaison scooter + randonnée se montre une fois de plus idéale pour explorer l’intérieur de l’île. Et si le soleil n’est pas tout à fait au rendez-vous, la vue porte quand même étonnamment loin lorsque nous parvenons sur les sommets, suffisamment en tout cas pour finalement nous offrir quelques panoramas mémorables.

Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long
Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long
Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long

C’est en kayak que nous avons décidé d’aller explorer la baie. Faute de pouvoir louer le canoë en indépendant pendant plus d’une journée, nous partons finalement accompagnés de Mouet, notre guide pour les prochaines heures. La baie de Lan Ha – prolongation géologique de celle d’Ha Long ne devant son indépendance qu’au fait d’être administrativement située dans une autre province – est absolument magique. Protégée des vents par des centaines d’îlots karstiques, la mer reste ici d’huile et les dizaines de familles vivant sur leurs villages flottants ne sont que rarement chahutés. Sous le regard de nombreux rapaces, nos kayaks fusent à la surface de l’eau avec une élégance digne de la majesté des lieux. Nous parcourrons ainsi près de vingt kilomètres, sans jamais rencontrer personne d’autre que quelques pêcheurs ramassant leurs filets ou vendeuses ambulantes sur leurs rafiots bancals. Du moins jusqu’à ce qu’en fin d’après-midi passe non loin un party boat, monstruosité à trois étages surchargée de soiffards hurlant au rythme de puissants amplis. Soudainement embarrassé d’être européen, je me surprends à me demander un peu honteusement ce que doivent penser les humbles pêcheurs vietnamiens de ces étranges touristes occidentaux… 

Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long
Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long
Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long
Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long
Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long
Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long

Jeudi 8 décembre 2016

Après une nuit passée sur l’une de ces maisons flottantes, nous remontons dans le kayak pour une deuxième journée d’exploration. Nous sommes cette fois en solo, comme nous avions réussi à le négocier hier. Nous avons déjà sillonné une bonne partie de la baie et nous aventurons aujourd’hui plus au nord, à la recherche d’une immense grotte censée traverser de part en part l’un des massifs. Après une petite pause sur une plage paradisiaque isolée, nous pagayons plusieurs heures durant en remontant la longue calanque au bout de laquelle est supposée se situer la cavité. C’est sans réelle surprise que nous ne parviendrons jamais à la localiser, mais nous rentrerons malgré tout à la maison aussi enchantés qu’épuisés. 

Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long
Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long
Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long
Hué, Hanoi et baie d'Ha LongHué, Hanoi et baie d'Ha Long

Rédigé par Pierre

Publié dans #Vietnam

Commenter cet article

Kiki 08/12/2016 17:20

Occidentaux, occidentaux... Faut vite le dire !!

Marrainelol 08/12/2016 16:47

Et ben dis donc, quelle arrivée rocambolesque au Vietnam !!! Mais encore plein plein de beaux paysages... C'est magnifique !!! Profitez bien ! Bises